Le ripou et la fliquette

Le ripou et la fliquette

Les aventures d’un flic ripou et de sa nouvelle équipière sexy

Chapter 1 by Victor_lepieux Victor_lepieux

La banlieue de Paris. 2017. Depuis que le nouveau président a été élu, c’est le bordel. Enfin, plus qu’avant. Les émeutes sont quotidiennes, la drogue coule à flots, les bandes criminelles vont la loi dans les quartiers. Plus les choses changent…

Mais il y a une personne pour laquelle tout va merveilleusement bien : Jean.

Jean est un homme ordinaire. Brun, un peu gras et pas très grand ; rien ne le différencierait du tout venant. Mais il a un atout dans sa manche : il est policier, et il n’a jamais fait dans la probité. Il a plutôt cherché à biter tout ce qui bougeait en se servant de ses privilèges. Et s’il n’a rien contre arrêter malfaiteurs et tueurs en série, il ne manque pas une occasion de profiter d’une petite chatte à nourrir. Aujourd’hui il reçoit le renfort d’une nouvelle fliquette à former. Et il espère bien en profiter pour lui déformer le cul au passage.

C’est son chef, qui lui présente :

« Jean, je vous présente Cécile, notre nouvelle recrue, elle est première de la promo de l’école de police alors, traitée la bien. Pour une fois qu’on ne reçoit pas le fond du panier.

— Bien sûr patron. Comptez sur moi. »

Putain, se dit-il, elle est bonne ! Une blonde, pas très grande, mais fine. Avec de jolies jambes qui arrivaient sur un menu fessier, tout prêt à accueillir de grands coups de reins. Un visage juvénile qui respirait la fraîcheur et l'innocence, quel plaisir se serait de l'avilir ! Et les deux bosses dans son uniforme... Cela présageait des seins dont on pourrait se repaître toute la journée... Il aurait été mac, il y aurait vu une poule aux œufs d’or. Mais étant flic il allait devoir y mettre un peu les formes avant de lui mettre la main au panier. Mais Jean est patient, quand on est flic c'est une des premières choses qu’on apprend.

« Bonjour dit-elle timidement.»

Et en plus timide, il fallait absolument qu’il la passe au charbon.

« Salut, je te préviens tout de suite, ce n’est pas parce que t’es nouvelle que tu vas avoir la vie facile.

— Bien sûr ! J’ai pas peur de travailler dur !

— Mais dis-moi si t’étais major de ta promo, pourquoi t’as choisi ton affectation ici, et pas en province, ou dans le XVIe ?

— Eh bien, je pensais qu'en allant dans les quartiers difficiles, je pourrais me montrer plus utile. »

Oh putain, pensa Jean, c’est une conne. Ou une fille très naïve. Ce qui revenait au même dans la banlieue.

« Et puis, continua Cécile, j’ai de la famille dans le coin. Alors je me suis dit qu’en venant ici je pourrais aussi aider mes proches.

— C’est très noble de ta part. Je suis sûr qu’ils sont très fiers de toi. Mais, désolé, j'ai pas le temps d’écouter ta biographie, on a du pain sur la planche :

De quel genre de crimes et délits doit s'occuper Jean ?

More fun
Want to support CHYOA?
Disable your Ad Blocker! Thanks :)